lafauteadiderot.net
Aujourd'hui, nous sommes le :
Page d'accueil » Idées » Histoire » Vietnam, les acteurs des Accords de Paris
Réduire la police Agrandir la police
Version imprimable de cet article Version imprimable
Vietnam, les acteurs des Accords de Paris
Par Nguyen Dac Nhu-Mai

Avec la commémoration du 40e anniversaire des Accords de paix mettant fin à la guerre du Vietnam [1], le peuple de Paris se rappelle ces moments historiques, il y a de cela 40 ans. L’année 2013 est une date importante et symbolique dans l’histoire de la France et du Vietnam [2].

Les accords de paix sont signés le 27 Janvier 1973, avenue Kléber. Ils ont été conclus entre les Etats-Unis d’Amérique et la République démocratique du Vietnam (Vietnam du Nord), la République du Vietnam (Sud Vietnam) et le GRP (Gouvernement révolutionnaire provisoire, formé par le Front de Libération Nationale [3]. Les éléments clés ont été établis selon lesquels toutes les parties lanceraient un cessez-le-feu 24 heures après la signature de l’accord. Les forces américaines et toutes les troupes étrangères doivent se retirer du Sud-Vietnam au plus tard 60 jours après la signature de l’accord. Les prisonniers américains seraient libérés en même temps que le retrait des forces américaines et étrangères, et un Conseil national de réconciliation nationale et de la Concorde serait créé pour organiser et superviser des élections libres et démocratiques concernant l’avenir politique du Sud.

La signature a eu lieu en deux cérémonies. Dans la matinée, les participants étaient les États-Unis, le Vietnam du Nord, Vietnam du Sud et le GRP. Parce que le gouvernement de Saigon ne souhaitait pas impliquer la reconnaissance du cessez-le-feu ; toutes les références à ce gouvernement ont été limitées à une deuxième série de documents. Cet ensemble a été signé l’après-midi seulement par les Etats-Unis et le Vietnam du Nord.

Pour évoquer le souvenir de cet événement historique du 27 janvier 1973, 40 ans ont passé - et ce jour là- des amis et des mouvements progressistes étaient debout en face de l’avenue Kléber, pour saluer les deux délégations vietnamiennes guidées par M. Xuan Thuy (Nord) et Mme Nguyen Thi Binh (GRP). L’avenue Kléber était pleine de monde, avec des drapeaux français et vietnamiens. Les gens étaient très heureux pour le peuple au Vietnam car les années difficiles de la guerre ont officiellement pris fin [4]. Spécialement, quand Mme Nguyen Thi Binh était sortie de l’immeuble, elle a été très applaudie. Indéniablement, elle était connue comme le ministre des Affaires étrangères du GRP mais aussi la voix la plus significative, lors des pourparlers de Paris [5].

Les archives historiques ont fourni des détails sur la vie de Mme Binh. Le début de son engagement dans la vie politique datait d’avant l’année 1951. En 1951, elle a été emprisonnée jusqu’en 1954 à la prison de Chi Hoà (Sud Vietnam). Elle a été libérée lors des Accords de Genève de 1954 et elle nous rappelle que les années 58-59, étaient des années de terreur, de terreur absolue lorsque la machine à tuer de Diem était après tous les anciens membres de la Résistance [6]

Au Sud Vietnam, les années de 1961 à 1971 étaient très pénibles pour la population en raison de l’application de la loi de sécurité nationale mais aussi à cause des pulvérisations de l’Agent orange / dioxine (défoliant chimique toxique) par l’armée américaine. L’un des aspects les plus controversés de l’effort militaire américain au Vietnam du Sud a été l’utilisation généralisée de défoliants entre 1961 et 1971. Ils ont été utilisés pour défolier les rizières et la campagne. Ces produits chimiques continuent à changer le paysage, causant des maladies et des malformations congénitales, et empoisonnant la chaîne alimentaire. L’Agent orange/dioxine constitue encore le dernier fantôme de la dernière guerre entre les Etats-Unis d’Amérique et le Vietnam. Sans compter les 7,08 millions de tonnes de bombes, le massacre de My Lai et les atrocités en tous genres par l’armée américaine. [7]

Effectivement, je suis d’accord avec Janet Gardner et Pham Quoc Thai que le dernier fantôme de la guerre reste l’impact de l’agent orange / dioxine sur la santé humaine et l’environnement au Vietnam. The Last Ghost of War est l’un des documentaires récent concernant la trilogie au Vietnam abordant la controverse actuelle et l’héritage de l’Agent Orange à partir du point de vue des victimes vietnamiennes cherchant à obtenir justice devant les tribunaux américains. Un développement relativement récent, possible seulement après la levée de l’embargo américain et la résolution partielle des revendications des anciens combattants américains. Le film expose le procès avec les positions contestées des entreprises chimiques qui fabriquaient l’herbicide. A travers le témoignage des experts et un ton journalistique, ce documentaire a montré un malheur humain qui gagne la sympathie et le soutien du spectateur.

A Paris, l’un des acteurs remarquable des évènements 1973 a été le diplomate Vo Van Sung (ancien ambassadeur - premier et dernier- de la République démocratique du Vietnam à Paris). Dans son livre La campagne Hochiminh au cœur de Paris il a souligné que : "l’administration Thieu était affaiblie, sans l’appui logistique des Etats-Unis sur le terrain et surtout suite au départ des conseillers après 1973, (M. Thieu ayant refusé de signer le cessez-le-feu)". Par conséquent, pour mettre la pression sur les négociateurs américains, le Nord-Vietnam et le GRP ont demandé qu’au Sud Vietnam, le président Thieu se retire avant l’arrêt des combats (une demande déjà faite depuis le début des pourparlers de paix en 1969). En obtenant cette concession, les dirigeants nord-vietnamiens auraient réussi à obtenir le départ des États-Unis du Sud-Vietnam, rapidement [8].

Par ailleurs, dans Retrospection : la tragédie et les leçons du Vietnam, M. Robert S. MacNamara a signalé : « Nous, des administrations Kennedy et Johnson qui avons participé aux décisions sur le Vietnam, avons agi conformément à ce que nous pensions être les principes et les traditions de cette nation, nous prenons nos décisions à la lumière de ces valeurs. Pourtant, nous avons eu tort, terriblement tort. Nous devons expliquer pourquoi aux générations futures » [9]

Pour expliquer pourquoi et comment le Vietnam est parvenu à la victoire totale, M. Vo Van Sung avait décrit que la campagne Ho Chi Minh avait trois fronts de luttes, politique, militaire et diplomatique. Avec le front diplomatique, le peuple de Paris s’est passionné pour ce qui s’est passé à la table des négociations de Paris. Même l’image des deux tables rectangulaires est diffusée dans les journaux et télévisions du monde. Les délégués siégeaient à côté de la table principale pour symboliser la séparation des quatre délégations en deux parties belligérantes, au début de la conférence en 1969. Le Canada, la Hongrie, l’Indonésie et la Pologne ont fourni des troupes à la commission internationale pour superviser le cessez-le-feu.

Lors de la cérémonie du matin du 27 janvier 1973, les quatre parties ont signé des accords identiques, sauf pour un protocole ou document annexé, dans lequel les États-Unis ont convenu de retirer les mines qu’ils avaient placés dans les eaux du Nord-Vietnam. Pour ce fait, M. Raymond Aubrac [10] a joué un rôle fondamental plaidant pour la partie vietnamienne. Sur les documents du préambule mentionnant les quatre parties, aucun gouvernement n’a été cité par son nom. Le préambule ne vise que les « parties participant à la Conférence de Paris sur le Vietnam. »

Pour le côté américain, M. Rogers et ses collaborateurs ont pris l’avion pour les Etats-Unis immédiatement après la cérémonie. M. Sullivan est resté à Paris pour recevoir la liste des prisonniers américains de Hanoi et s’occuper des questions plus techniques sur les nombreux détails d’arrangements à mettre en œuvre.

En ce qui concerne le peuple de Paris, il y avait surtout les membres du Parti Communiste Français qui ont apporté l’aide logistique aux deux délégations du Nord-Vietnam et du GRP arrivées à Paris en 1968 [11]. Deux villes, Choisy-le-Roi et Verrières-le-Buisson, les ont hébergées de 1969 à 1973.

Les souvenirs cités dans ce témoignage ont été rendus possibles grâce à l’identification des diplomates et des acteurs des Accords de Paris de 1973 mentionnés par M. Vo Van Sung ainsi que la solidarité et la logistique apportées par le PCF. L’encouragement et le soutien des "amis" du Vietnam, intellectuels et scientifiques, Français et Vietnamiens, à travers différents mouvements progressistes, sont très importants pour le peuple vietnamien En fait, beaucoup de ces "amis" continuent à collaborer avec le Vietnam, notamment dans le cadre de la coopération décentralisée bilatérale1.

Ensemble, avec les acteurs, les diplomates et les peuples du monde épris de paix, nous avons soutenu la lutte vietnamienne contre les envahisseurs américains jusqu’à la réunification du Vietnam instaurée le 2 juillet 1976.

A lire notamment sur le site à propos du Vietnam :
"Vivre le printemps silencieux des victimes de l’agent orange"
L’agent orange premier écocide de l’histoire
Vo Nguyen Giap, une vie sur le livre d’entretiens d’Alain Ruscio avec Giap
Sur l’agent orange : lien pour un article paru sur le site du Monde diplomatique

Notes :

[1] Cet évènement a été fêté le 24 janvier 2013 à l’Ambassade du Vietnam à Paris avec de nombreuses personnalités et des amis du Vietnam dont certains étaient présents lors du 27 janvier 1973.

[2] Lors de la réunion avec les intellectuels vietnamiens en France le 20 Janvier 2013, M. Duong Chi Dung, ambassadeur du Vietnam en France a déclaré : « Pour célébrer le quarantième anniversaire de nos relations diplomatiques, les gouvernements français et vietnamien ont convenu de tenir une année-croisée entre la France et le Vietnam, en soulignant tous les aspects des relations politiques, économiques et culturels, y compris la tenue de la 9e conférence sur la coopération décentralisée bilatérale à Brest en Juin 2013. Nous prévoyons également de nombreuses visites de haut niveau dans les deux directions en ce qui concerne plusieurs événements économiques au cours de 2013.. J’espère que le président François Hollande visiterait le Vietnam. Les deux pays vont cibler les secteurs clés de croissance qui vont permettre aux entreprises des deux pays d’accroître leur part de marché dans les zones où ils sont les plus efficaces ». Un événement culturel à signaler : l’Ambassade du Vietnam et la Ville de Paris vont organiser conjointement la fête du Têt de l’Année du Serpent, le 8 Février 2013.

[3] Lire Impact du Front National de Libération du Sud-Vietnam (1960-1975) Nguyen Dac Nhu-Mai in 3e Forum international de Corée- Séoul, 2011, p.75-82.

[4] Flora Lewis : Les pactes de paix signés sur le Vietnam ont arrêté la plus longue guerre de l’Amérique …." L’accord a été mis en application à 19 heures Heure locale. Le Secrétaire d’État William Rogers P. a écrit son nom 62 fois sur les documents. Le titre officiel de ce texte est "Accord sur la cessation de la guerre et le rétablissement de la paix au Vietnam." Mais, l’atmosphère est froide, presque sombre ; deux cérémonies de signature distinctes reflètent les incertitudes de savoir si la paix est maintenant assurée. Le conflit, qui a fait rage, d’une manière ou d’une autre depuis plus d’un quart de siècle, n’avait pas été concluant, sans la victoire nette ou la défaite de part et d’autre". New York Times, 28 Janvier 1973 in http://www.mishalov.com/Vietnam_pea... (consultation du 15 Janvier 2013)

[5] Madame Nguyen Thi Binh était le ministre des Affaires étrangères du Front de libération nationale et sa représentante lors des pourparlers de paix de Paris. Puis, elle a été ministre de l’Éducation de la République socialiste du Vietnam, et plus tard a servi pendant dix ans en tant que vice-président du pays. De 1951 à 1954 elle a été capturée et a passé trois ans dans la prison de Chi Hoa. Mme Binh a décrit son engagement politique au sein du gouvernement révolutionnaire provisoire et les négociations de paix à Paris, dans une interview dans les années 1981.

[6] Mme Binh a pris le maquis et elle a raconté : « La machine à tuer de Diem mettait les gens en prison. Mais à la campagne, partout, la répression a été dure. Les gens étaient terrorisés par les mesures pénales. Vous avez certainement entendu parler des guillotines prises d’un endroit à l’autre. C’était la panique et la terreur parmi la population à cette époque. C’était donc difficile pour nous de vivre parmi la population à cette époque. nous avons dû aller dans la forêt et y est rester. Mais à cette période, nous avons également cherché à nous occuper de l’éducation politique, d’expliquer aux gens que la politique de Diem était une politique dictée par les Américains donc une politique faible. Nous avons expliqué. Nous avons aussi expliqué la formation du Front. Nous avions vu les Français fouler aux pieds les Accords de Genève. Nous avions vu l’arrivée très évidente des Américains. Alors nous avions aussi expliqué à la population que le véritable ennemi était les Américains. Nous avons expliqué, mais dans des conditions très difficiles parce que les gens avaient peur et étaient terrorisés ... Nous avons mené nos activités ici et là jusqu’à la fin de décembre 1960. à cette date j’ai été convoquée pour revenir au quartier général de la Résistance, qui était alors situé en province de Tay Ninh. Ainsi, à la fin de décembre de 1960, j’ai été appelée au Siège. Les camarades m’ont dit que j’étais nommée parmi les responsables du « Mouvement de lutte pour la mise en œuvre des Accords de Genève » du Comité central du FLN et ma tâche consistait à exercer des activités au niveau international. Donc en 1962, j’ai commencé à sortir du pays et exercer des activités dans le domaine des relations internationales ».

[7] Voir Entretien avec Jacques Portes, la guerre du Vietnam guerre froide ? in http://www.agentsdentretiens.fr/ind... ; le 4 mai 2012.

[8] Vo Van Sung : La campagne de Ho Chi Minh au cœur de Paris, Editions de l’Armée populaire de Hanoi 2005 (Chien dich Hồ Chí Minh Giua Long Paris Nhà Xuất Ban Quan Đội Nhan Dan, 2005) traduction inédite par Nguyen Dac Nhu Mai.

[9] Extrait de la préface, Times Books, New York, 1995

[10] Nguyen dac Nhu-Mai : Adieu et merci à Raymond Aubrac in www.zigzag-francophonie.eu du 17 avril 2012

[11] Les pourparlers ont débuté le 13 mai 1968 avec les 4 délégations : République démocratique du Vietnam , conduite par M. Xuan Thuy. dont le principal conseiller a été M. Le Duc Tho ; Gouvernement révolutionnaire provisoire, conduite par Mme Nguyen Thi Binh ; Etats-Unis, après le début de la conférence sous l’administration Johnson (démocrate), celle de Nixon (républicain) a envoyé M. Kissinger mener les négociations ; République du Vietnam, dirigée par M. Nguyen Van Thieu.


Rechercher

Fil RSS

Pour suivre la vie de ce site, syndiquez ce flux RSS 2.0 (lisible dans n'importe quel lecteur de news au format XML/RSS).

S'inscrire à ce fil S'inscrire à ce fil