lafauteadiderot.net
Aujourd'hui, nous sommes le :
Réduire la police Agrandir la police
Version imprimable de cet article Version imprimable
La cordée des 24
Philippe Pivion a lu "L’ordre du jour" d’Éric Vuillard, prix Goncourt

Un livre épatant ! Ce n’est pas parce qu’il est reconnu par l’académie Goncourt que j’écris cela, peu me chaut (du verbe chaloir) - je m’en fous en langage populaire - mais parce que le fond et la forme du travail de Vuillard sont importants, voire imposants.

Beaucoup de choses ont déjà été dites sur cet ouvrage, je m’en tiendrai donc à mon approche personnelle.

C’est le récit historique de l’Anschluss et des engagements financiers qui permirent à Hitler et sa clique de s’emparer du pouvoir. A trop lire les livres véhiculant une histoire aseptisée du 20ème siècle, on pourrait croire qu’un peuple aveugle et imbécile ait porté sur les marches du pouvoir absolu un fou et ses sbires. Il n’en est rien et Vuillard le démontre avec brio. C’est une collusion entre les barons de l’industrie et de la finance et les nazis qui permit leur triomphe. L’asservissement des ouvriers, l’anéantissement des syndicats, la mise à bas de la démocrassouille, la fin du parlementarisme, l’interdiction du Parti Communiste puis de tous les opposants, la liberté absolue d’exploitation ne pouvaient que brosser dans le sens du poil les Krupp, Thyssen et 22 autres dont les noms sont peu évocateurs, sauf quand on annonce qu’ils représentent, outre Krupp et Thyssen, BASF, Bayer, Agfa, Opel, IG Farben, Siemens, Allianz, Telefunken notamment. Et c’est ce grand capital, appelons un chat un chat, qui financera les délires nationaux racistes d’Hitler. Le décor est campé. Reste aux personnages de jouer leur partition.

Vuillard se concentre sur l’Anschluss, et de quelle manière ! S’appuyant sur une recherche imposante, il décortique les pleutreries d’un dictateur au petit pied, Schuschnigg, chancelier d’Autriche. Il passe à la loupe l’armée d’opérette de la nouvelle Wehrmacht, - oubliant au passage que ses mésaventures autrichiennes sont une répétition et que tous les correctifs seront apportés dans les meilleurs délais. Ainsi il n’y aura plus jamais de panne gigantesque dès l’invasion de la Tchécoslovaquie 6 mois plus tard sans aller au-delà - il scrute les errances - ne sont-elles que des errances ? - de Chamberlain et de Lord Halifax. Il démontre le caractère retors de Ribbentrop sous un habit de tennisman. Et il nous conduit dans des pages hallucinées vers le gouffre de l’Histoire.

Un court, très court passage nous renvoie à la responsabilité de la France. Malgré un ambassadeur lucide et pugnace, Gabriel Puaux, la France est aux abonnés absents. Pire pour éviter de se positionner, le gouvernement démissionne le 10 mars au prétexte de ne pas obtenir les pleins pouvoirs financiers… laissant les mains libres à Hitler pour son invasion. Il dira d’ailleurs qu’il ne pouvait remettre cette annexion : « après il sera trop tard ». Oui, tous les dirigeants calfeutrés dans leur bassesse glacée peuvent dire la même chose. Personne n’agit alors qu’il était encore temps de le faire !

Éric Vuillard nous sert une écriture comme je les aime. Une pâte, une force du verbe, une densité de l’écrit qui nous ravit. Les mots sont recherchés, les phrases sont burinées, le rythme est faussement léger. Cela m’a fait penser à Jean Echenoz avec son « 14 ». De la belle ouvrage ! Son texte est hyperbolique, commencé par le soleil, le cœur, et l’absence de chant d’oiseaux il se termine par le pourboire ravalé aux miettes pour, justement, les oiseaux. C’est une grâce. Dirons-nous que Vuillard est un drôle de zoziau, certes non, mais son texte est une audace.

Et puis, mine de rien, traitant de mécanismes vieux de 80 ans, il démontre leur actualité tragique : « Ne croyons pas que tout cela appartienne à un lointain passé. Ce ne sont pas (les 24 barons d’industrie et de la finance du début du livre) des monstres antédiluviens, créatures piteusement disparues dans les années cinquante, sous la misère peinte par Rossellini, emportées dans les ruines de Berlin. Ces noms existent encore. Leurs fortunes sont immenses. » Ce ne sont pas les révélations des Paradise Papers qui nous feront dire le contraire. Un député criait : « révélations, indignation…, exonération ». Ce n’est pas ce à quoi nous invite Vuillard, il raconte l’Histoire afin de guérir ses bégaiements et c’est salutaire.

Bon après ces éloges, un regret : la Ministre de la Culture, Françoise Nyssen a immédiatement félicité l’auteur pour le prix qui venait de lui être décerné. Normal. Mais, celle-ci est justement actionnaire à 95% des éditions Actes Sud… Ce serait chouette si elle faisait un don aux œuvres…

Ah ! je pense que ce livre édité en mai 2017 a été lu par Macron, oui, le président. Vuillard parlant des 24 barons écrit : « J’ignore qui était le premier de cordée, et peu importe au fond… ». Nous ne lui jetterons pas la pierre !

L’ordre du jour d’Éric Vuillard, éditions Actes Sud.

Philippe Pivion est l’auteur, notamment du roman Le livre des trahisons, paru aux éditions Cherche midi, qui aborde la même période.


Rechercher

Fil RSS

Pour suivre la vie de ce site, syndiquez ce flux RSS 2.0 (lisible dans n'importe quel lecteur de news au format XML/RSS).

S'inscrire à ce fil S'inscrire à ce fil