lafauteadiderot.net
Aujourd'hui, nous sommes le :
Page d'accueil » Documents » Charte du Hamas (Mouvement de la Résistance Islamique– (...)
Réduire la police Agrandir la police
Version imprimable de cet article Version imprimable
Charte du Hamas (Mouvement de la Résistance Islamique– Palestine)

Cette Charte est datée du 18 août 1988. Les positions politiques du Hamas ne se résument pas à cette Charte et peuvent avoir évolué, par exemple sur la reconnaissance des frontières de 1967, que certains de ses dirigeants ne semblent pas exclure. Elle reste cependant un élément indispensable à la connaissance des fondements de ce mouvement. C’est pourquoi nous en publions des extraits, dans une traduction de Jean-François Legrain. On appréciera, entre autres, l’interprétation de la Révolution française (article 22) ou la référence au Protocole des Sages de Sion, faux document conçu par la police secrète du Tzar (article 32).
Eric Le Lann

Lien du Mouvement de la Résistance Islamique avec l’Association des Frères musulmans

Article deuxième : Le Mouvement de la Résistance Islamique est l’une des ailes des Frères musulmans en Palestine. Le Mouvement des Frères musulmans est un organisme mondial, le plus important des mouvements islamiques de l’époque moderne ; il se distingue par la profondeur de son mode compréhension, la précision de son mode de représentation et l’universalisme parfait des concepts islamiques qui s’appliquent à l’ensemble des domaines de la vie, aux représentations et aux croyances, à la politique et à l’économie, à l’éducation et à la vie sociale, au judiciaire et à l’exécutif, à la mission et à l’enseignement, à l’art et à l’information, à ce qui est caché comme à ce qui est manifeste et à tous les autres domaines de la vie.

Mondialisme du Mouvement de la Résistance Islamique

Article septième : L’Apôtre de Dieu -que Dieu lui donne bénédiction et paix- a dit : "L’Heure ne viendra pas avant que les musulmans n’aient combattu les Juifs (c’est à dire que les musulmans ne les aient tués), avant que les Juifs ne se fussent cachés derrière les pierres et les arbres et que les pierres et les arbres eussent dit : ’Musulman, serviteur de Dieu ! Un Juif se cache derrière moi, viens et tue-le. Un seul arbre aura fait exception, le gharqad [Sorte d’épineux] qui est un arbre des Juifs" (hadîth rapporté par al-Bukhârî et par Muslim).

La Palestine est une terre islamique waqf

Article onzième : Le Mouvement de la Résistance Islamique considère que la terre de Palestine est une terre islamique waqf [de main-morte] pour toutes les générations de musulmans jusqu’au jour de la résurrection. Il est illicite d’y renoncer en tout ou en partie, de s’en séparer en tout ou en partie : aucun Etat arabe n’en a le droit, ni même tous les Etats arabes réunis ; aucun roi ni président n’en a le droit, ni même tous les rois et présidents réunis ; aucune organisation n’en a le droit, ni même toutes les organisations réunies, qu’elles soient palestiniennes ou arabes. La Palestine, en effet, est une terre islamique waqf pour toutes les générations de musulmans jusqu’au jour de la résurrection et qui donc pourrait prétendre jouir de la pleine délégation de pouvoir de toutes les générations islamiques jusqu’au jour de la résurrection ?

Tel est son statut selon la Loi islamique, statut identique à celui de toute terre conquise par les musulmans de vive force. A l’époque des conquêtes, en effet, les musulmans ont constitué ces terres en biens waqf pour toutes les générations de musulmans jusqu’au jour de la résurrection.

Pour ce qui concerne la Palestine, toute pratique contraire à la Loi de l’islam est ainsi frappée de nullité tout en étant imputée à son auteur.

Les solutions de paix, les initiatives et les conférences internationales

Article treizième : Les initiatives, les prétendues solutions de paix et les conférences internationales préconisées pour régler la question palestinienne vont à l’encontre de la profession de foi du Mouvement de la Résistance Islamique. Renoncer à quelque partie de la Palestine que ce soit, c’est renoncer à une partie de la religion. Ainsi, le patriotisme du Mouvement de la Résistance Islamique fait-il partie de sa religion. C’est sur cette base que ses membres ont été éduqués et c’est pour déployer l’étendard de Dieu sur leur patrie qu’ils mènent le jihad, "Dieu est souverain en son commandement mais la plupart des hommes ne savent rien" [Coran, 12, 21].

De temps à autres, l’invitation de tenir une conférence internationale est lancée pour examiner une éventuelle solution de la question. Certains l’acceptent, d’autres la refusent pour telle ou telle raison, mettant une ou plusieurs conditions à l’acceptation de la tenue d’une telle conférence ainsi qu’à leur participation. Connaissant les parties constitutives d’une telle conférence et leur attitude passée et présente prise face aux causes des musulmans, le Mouvement de la Résistance Islamique ne considère pas que de telles conférences puissent répondre aux revendications, restituer les droits et rendre justice aux opprimés. Que sont donc de telles conférences sinon l’une des formes de l’arbitrage des infidèles sur la terre des musulmans ? Or les infidèles ont-ils jamais rendu justice aux croyants ? "Les Juifs et les Chrétiens ne seront pas contents de toi tant que tu ne suivras pas leur religion. Dis : ’La Direction de Dieu est vraiment la Direction’. Si tu te conformes à leurs désirs après ce qui t’est parvenu en fait de Science, tu ne trouveras ni maître, ni défenseur susceptible de s’opposer à Dieu" (2,120).

Il n’y aura de solution à la cause palestinienne que par le jihad. Quant aux initiatives, propositions et autres conférences internationales, ce ne sont que pertes de temps et activités futiles. Le peuple palestinien a trop d’honneur pour dilapider son avenir, son droit et son destin en activités futiles.

Dans le noble hadîth, [il est dit] : "Le peuple du Châm est le fouet de Dieu sur la terre qui lui appartient. Il l’utilise contre qui il veut parmi ses serviteurs. Il est illicite que les hypocrites parmi eux l’emportent sur les croyants. Ils ne mourront que de chagrin et de désespoir". (Ce hadîth a été rapporté par al-Tabarânî marfû’an [dont la chaîne de transmission remonte jusqu’à l’un des Compagnons du Prophète] et par Ahmad mawqûfan [dont la chaîne de transmission ne remonte pas jusqu’à l’époque de Muhammad] ; sans doute l’exactitude du contenu et la chaîne de transmission sont-elles dignes de confiance, Dieu seul le sait).

Rôle de la femme musulmane

Article dix-septième : Dans la bataille de libération, la femme musulmane a un rôle qui n’est pas inférieur à celui de l’homme : être l’usine à hommes. Elle joue un grand rôle dans l’orientation et l’éducation des jeunes générations. Les ennemis l’ont bien compris et considèrent que s’ils parviennent à la conseiller et à lui faire prendre le chemin de leur désir loin de l’islam, alors ils remporteront le combat. C’est pour cela que tu les trouves sans cesse sur la brèche dans le domaine des médias et des films, de même que dans celui des programmes d’enseignement. [Ils agissent] par l’intermédiaire de leurs créatures membres de ces organisations sionistes aux noms et formes multiples, comme la franc-maçonnerie, les clubs Rotary, les sections d’espionnage, etc., qui toutes sont des nids de subversion et de sabotage. Ces organisations sionistes disposent de ressources matérielles considérables qui leur permettent de jouer leur rôle au coeur des sociétés visant à atteindre les objectifs sionistes et à enraciner profondément les concepts qui servent l’ennemi. Pour agir, ces organisations profitent de l’absence de l’islam de la scène publique et de son étrangeté pour les gens. Il revient aux islamistes de tenir leur rôle dans la confrontation avec les menées de ces saboteurs. Le jour où l’islam aura pris le contrôle de l’orientation de la vie, il anéantira ces organisations hostiles à l’humanité et à l’islam.

Article dix-huitième : Au foyer d’un combattant du jihad comme dans la famille d’une combattante du jihad, qu’elle soit la mère ou qu’elle soit la soeur, la femme tient le premier rôle dans le maintien de la maison, l’instruction des enfants quant aux concepts et valeurs morales fondées sur l’islam, ainsi que dans l’éducation de ses fils à l’observance des obligations religieuses les préparant ainsi au rôle de combattant du jihad qui les attend. A partir de là, il faut prêter attention aux écoles et aux programmes qu’y suit la jeune fille musulmane pour qu’elle devienne une mère juste et consciente de son rôle dans la lutte de libération. [La femme] doit posséder un degré de conscience et de perception suffisant quant à la gestion des choses ménagères. L’économie et l’éloignement de tout gaspillage des ressources de la famille constituent l’une des qualités requises pour la capacité à maintenir la famille dans les difficiles circonstances ambiantes. Elle doit avoir présent à l’esprit que l’argent dont elle dispose est comme le sang : il ne doit couler que dans les veines pour le maintien en vie des petits et des grands.

La solidarité sociale

Article vingtième : La société musulmane est une société solidaire. L’Apôtre de Dieu -que Dieu lui donne bénédiction et paix- a dit : "Heureux le peuple des Ach’arites qui, lorsqu’ils connaissaient des difficultés au campement comme lors de la transhumance, rassemblaient tout ce qu’ils avaient et le partageaient avec équité". C’est cet esprit islamique qui doit prévaloir dans toute société musulmane. La plongée adoucissante dans l’esprit islamique constitue une priorité pour la société qui affronte un ennemi à la cruauté nazie dans ses pratiques, un ennemi qui ne fait aucune distinction entre l’homme et la femme, le vieillard et le jeune. Notre ennemi a adopté les châtiments collectifs pour pratiques courantes ; il prive les gens de leurs patries et de leurs propriétés, il les pourchasse jusque dans leur exode et leurs lieux de rassemblement ; parmi ses autres pratiques figurent également la fracture des os, l’ouverture du feu sur les femmes, les enfants et les vieillards, avec ou sans raison, la création de centres de détention pour y jeter des milliers d’hommes dans des conditions inhumaines. Et tout cela, sans parler de la destruction des maisons, la multiplication des orphelins, la prononciation de jugements iniques à l’encontre de milliers de jeunes condamnés à passer la fleur de leur âge à l’ombre des prisons.

Le nazisme des Juifs vise également les femmes et les enfants ; ils terrorisent l’ensemble de la population, s’attaquent au gagne-pain des gens, pillent leurs biens et menacent leur honneur. Par leurs actes monstrueux, ils se comportent avec les gens comme les pires criminels de guerre. Le bannissement loin de la patrie constitue l’une des formes du meurtre.

Face à de telles pratiques, la solidarité sociale entre les gens doit prévaloir ; c’est comme un seul corps qu’il faut affronter l’ennemi : si l’un des membres se plaint, le reste du corps lui répond par la vigilance et la protection.

Les forces qui soutiennent l’ennemi

Article vingt-deuxième : Depuis longtemps déjà, considérant les causes agissantes sur le cours des choses, les ennemis ont dressé des plans et les ont adoptés pour parvenir là où ils sont arrivés actuellement. Ils ont travaillé à rassembler des fortunes matérielles considérables et dont l’influence est grande qu’ils ont affectées à la réalisation de leur rêve. Grâce à l’argent, ils règnent sur les médias mondiaux, les agences d’informations, la presse, les maisons d’édition, les radios, etc. Grâce à l’argent, ils ont fait éclater des révolutions dans différentes régions du monde pour réaliser leurs intérêts et les faire fructifier. Ce sont eux qui étaient derrière la révolution française, la révolution communiste et la plupart des révolutions dont nous avons entendu et entendons parler de-ci de-là. Grâce à l’argent, ils ont créé des organisations secrètes qui étendent leur présence dans toutes les parties du monde pour détruire les sociétés et réaliser les intérêts du sionisme, comme la franc-maçonnerie, les clubs Rotary et Lyons, le B’nai B’rith [Abnâ’ al-’Ahd], etc. Ce sont toutes des organisations qui se livrent à l’espionnage et au sabotage. Grâce à l’argent, ils sont parvenus à prendre le contrôle des Etats colonialistes et ce sont eux qui les ont poussés à coloniser de nombreuses régions pour en exploiter les richesses et y répandre leur corruption. En ce qui concerne les guerres localisées et mondiales, aucune difficulté à en parler : ce sont eux qui étaient derrière la première guerre mondiale lorsqu’a été prononcée la condamnation de l’Etat du califat islamique. Ils ont amassé des bénéfices matériels considérables et pris le contrôle de nombreuses richesses. Ils ont obtenu la déclaration Balfour et ont jeté les bases de la Société-des-Nations pour gouverner le monde à travers cette organisation. Ce sont eux qui étaient derrière la seconde guerre mondiale qui leur a permis d’amasser d’énormes profits grâce au commerce du matériel de guerre. Ils ont préparé le terrain pour l’établissement de leur Etat et ce sont à leurs instigations qu’ont été créés l’ONU et le Conseil de sécurité pour remplacer la Société-des-Nations afin de gouverner le monde à travers eux.

Qu’une guerre éclate de-ci de-là et c’est leur main qui se trouve derrière. "Chaque fois qu’ils allument un feu pour la guerre, Dieu l’éteint. Ils s’efforcent à corrompre la terre. Dieu n’aime pas les corrupteurs" (5, 64).

Les forces colonialistes dans l’Occident capitaliste comme dans l’Orient communiste soutiennent l’ennemi de toutes leurs ressources matérielles et humaines. Elles échangent leurs rôles. Le jour où l’islam apparaît, les forces de l’infidélité s’unissent face à lui ; la communauté de l’infidélité est une.
"O vous qui croyez ! N’établissez des liens d’amitié qu’entre vous, les autres ne manqueront pas de vous nuire ; ils veulent votre perte ; la haine se manifeste dans leurs bouches mais ce qui est caché dans leurs coeurs est pire encore. Nous vous avons expliqué les Signes ; si seulement vous compreniez !" (3, 118).

Nos positions sur l’Organisation de Libération de la Palestine

Article vingt-septième : L’Organisation de Libération de la Palestine est la plus intime des intimes du Mouvement de la Libération Islamique. On y trouve le père ou le frère, le proche ou l’ami. Est-il donc possible que le musulman traite avec dureté son père ou son frère, son proche ou son ami ? Notre patrie est une, notre malheur est un, notre destin est un et notre ennemi est commun.

C’est sous l’effet des circonstances qui entouraient la constitution de l’Organisation et de la confusion intellectuelle qui prévalait dans le monde arabe, fruit de l’invasion intellectuelle que subit le monde arabe depuis la défaite des Croisés et qu’ont renforcée et ne cessent de renforcer l’orientalisme, l’évangélisation et le colonialisme, que l’Organisation a adopté l’idée d’Etat laïc. Ainsi voyons-nous les choses.

L’idée laïque [en note dans le texte : le laïcisme (al-’ilmâniyya) signifie la non-religion (al-lâdîniyya), "Secularism" [en caractères latins dans le texte] est incompatible avec l’idée religieuse, d’une totale incompatibilité. Or, c’est sur les idées que se construisent les positions, les points de vue et les prises de décision.

A partir de là, malgré toute notre estime pour l’Organisation de Libération de la Palestine -et pour tout ce qui pourrait s’y développer-, et sans vouloir minimiser son rôle dans le conflit arabo-israélien, il nous est impossible de troquer l’islamité actuelle et future de la Palestine pour l’adoption de l’idée laïque. L’islamité de la Palestine fait, en effet, partie de notre religion ; or quiconque néglige une part de sa religion perd à tout coup.

"Qui donc éprouve de l’aversion pour la Religion d’Abraham, sinon celui qui est insensé ?" (2,130).

Le jour où l’Organisation de Libération de la Palestine adoptera l’islam pour règle de vie, ce jour-là nous en serons les soldats et le combustible de son feu qui embrasera les ennemis. Jusqu’à ce que cela arrive -et nous demandons à Dieu que ce jour soit proche-, la position du Mouvement de la Résistance Islamique envers l’Organisation de Libération de la Palestine est celle du fils envers son père, du frère envers son frère, du proche envers son proche. Il souffre de ses souffrances dans tout ce qui l’atteint. [Le MRI] met sa puissance à sa disposition pour affronter l’ennemi et lui souhaite bonne orientation et juste direction.

Nos positions sur les Etats et gouvernements arabes et islamiques

Article vingt-huitième : L’invasion sioniste est une invasion cruelle qui ne recule devant aucun procédé mais utilise tous les moyens vils et corrompus pour réaliser ses aspirations. Pour ses opérations de subversion et d’espionnage, elle s’appuie fortement sur les organisations secrètes qu’elle a engendrées comme la franc-maçonnerie, les clubs Rotary et Lyons et autres organisations d’espionnage. Toutes ces organisations secrètes ou publiques opèrent au service des intérêts du sionisme et sous ses orientations. Elles visent à miner les sociétés, à détruire les valeurs, à annihiler les consciences, à pourrir la morale et à anéantir l’islam. Ce sont elles qui sont derrière le commerce de la drogue et de l’alcool sous toutes leurs formes pour faciliter au sionisme puissance et expansion.

Les Etats arabes qui entourent Israël sont priés d’ouvrir leurs frontières aux combattants du jihad, fils des peuples arabes et islamiques, pour qu’ils puissent jouer leur rôle et joindre leurs efforts à ceux de leurs frères de l’Association des Frères musulmans en Palestine.

Quant aux autres Etats arabes et islamiques, ils sont priés de faciliter les déplacements des combattants du jihad vers et depuis [leur territoire], c’est le moins qu’ils puissent faire.

N’oublions pas de rappeler à tout musulman que, lorsqu’ils occupèrent Jérusalem-la-Noble en 1967, les Juifs, debout au seuil de la mosquée bénie d’al-Aqsa proclamèrent haut et fort : "Muhammad est mort ne laissant que des filles". Israël, par sa judéité et ses Juifs, constitue un défi pour l’islam et les musulmans : "que les lâches jamais ne ferment l’oeil".

Le Mouvement de la Résistance Islamique est un mouvement humaniste : Article trente et unième : Le Mouvement de la Résistance Islamique est un mouvement humaniste [insâniyya]. Il veille au respect des droits de l’homme et se conforme à la tolérance de l’islam en ce qui concerne les disciples des autres religions : il ne s’oppose à aucun d’entre eux sinon à ceux qui lui sont ouvertement hostiles ou qui se mettent au travers de son chemin pour gêner ses mouvements ou anéantir ses efforts. A l’ombre de l’islam, les disciples des trois religions, islamique, chrétienne et juive, peuvent coexister dans la sécurité et la confiance. Ce n’est qu’à l’ombre de l’islam que la sécurité et la confiance peuvent se trouver, l’histoire récente et ancienne en constituant un bon témoin.

Il est du devoir des disciples des autres religions de s’abstenir de concurrencer l’islam dans sa souveraineté sur cette région car le jour de leur propre souveraineté serait celui des massacres, de la torture et de l’exode. En effet, ils en viennent aux mains entre eux, sans parler de leurs combats avec les disciples des autres religions. Le passé et le présent sont remplis d’exemples qui prouvent cela.

"Tous ne vous combattront que retranchés dans des cités fortifiées ou derrière des murailles. Leur vaillance est grande quand ils sont entre eux ! Vous les croyez unis, mais leurs coeurs sont divisés. Il en est ainsi, par ce que ce sont des gens qui ne raisonnent pas" (59,14).

L’islam accorde à quiconque le droit auquel il peut prétendre et empêche d’attenter aux droits des autres. Les pratiques sionistes nazies à l’encontre de notre peuple ne parviendront pas à prolonger leur invasion, "l’Etat de l’injustice ne dure qu’un temps, l’Etat du droit demeure jusqu’à la consommation des temps".

"Dieu ne vous interdit pas d’être bons et équitables envers ceux qui ne vous ont pas combattus à cause de votre foi et qui ne vous ont pas expulsés de vos maisons -Dieu aime ceux qui sont équitables-" (60,8).

La tentative d’isoler le peuple palestinien

Article trente-deuxième : Le sionisme mondial et les forces colonialistes, par un mouvement subtil et une planification étudiée, essaient de faire sortir les uns après les autres les Etats arabes du cercle du conflit avec le sionisme pour qu’en fin de parcours le peuple palestinien se retrouve tout seul. Ils ont déjà réussi, en grande part, à faire sortir l’Egypte du cercle du conflit par les traîtres accords de "Camp David" et ils essaient d’entraîner d’autres Etats encore vers de semblables accords pour les sortir du cercle du conflit.

Le Mouvement de la Résistance Islamique appelle les peuples arabes et islamiques à oeuvrer avec sérieux et persévérance à empêcher la poursuite de ce plan effroyable et à conscientiser les masses sur le danger que représente la sortie du cercle du conflit avec le sionisme. Aujourd’hui, il s’agit de la Palestine et demain il s’agira d’une ou plusieurs autres régions : le plan sioniste n’a pas de limite ; après la Palestine, ils ambitionnent de s’étendre du Nil à l’Euphrate. Lorsque ils auront parachevé l’assimilation des régions jusqu’aux quelles ils seront parvenus, ils ambitionneront de s’étendre plus loin encore, et ainsi de suite. Leur plan se trouve dans "les Protocoles des Sages de Sion" et leur conduite présente est une bonne preuve de ce qu’ils avancent.

Sortir du cercle du conflit avec le sionisme constitue une haute trahison qui entraînera la malédiction sur ses auteurs. "Quiconque tourne le dos en ce jour, -à moins de se détacher pour un autre combat ou de se rallier à une autre troupe- celui-là encourt la colère de Dieu ; son refuge sera la Géhenne. Quelle détestable fin !" (8,16). Toutes les forces et toutes les potentialités doivent s’unir pour affronter cette cruelle invasion nazie et tatare, sinon ce ne sera que perte des patries, exode des habitants, diffusion de la corruption sur la terre et destruction de toutes les valeurs religieuses. Que tout homme sache qu’il est responsable devant Dieu !

Dans le cercle du conflit avec le sionisme mondial, le Mouvement de la Résistance Islamique se considère comme le fer de lance ou une étape sur le chemin. Il joint ses efforts aux efforts de tous ceux qui oeuvrent sur la scène palestinienne. Il reste encore aux peuples arabes et islamiques de franchir les étapes les unes après les autres ; mais c’est surtout aux rassemblements islamiques au niveau du monde arabe et islamique qu’ils revient de le faire puisque ce sont eux les mieux équipés pour assumer leur rôle à venir face aux Juifs marchands de guerres.

"Nous avons suscité, parmi eux, l’hostilité et la haine, jusqu’au Jour de la Résurrection. Chaque fois qu’ils allument un feu pour la guerre, Dieu l’éteint. Ils s’efforcent à corrompre la terre. Dieu n’aime pas les corrupteurs" (5, 64).

Le témoignage de l’histoire

Article trente-quatrième : la Palestine est l’axe du globe terrestre, le point de rencontre des continents, le lieu envié par les envieux depuis l’aube de l’histoire. L’Apôtre -que Dieu lui donne bénédiction et paix- en fait état dans son noble hadîth, s’adressant à son vénérable compagnon Ma"âdh Ibn Jabal : "Ma"âdh ! Après moi, Dieu vous offrira en conquête le pays du Châm, d’al-"Arîch jusqu’à l’Euphrate, ses hommes, ses femmes, ses esclaves. Vous demeurerez mobilisés sur la voie de Dieu (murâbitûn) jusqu’au jour de la résurrection ; celui d’entre vous choisira l’une des côtes du Châm ou Bayt al-Maqdis, celui-là demeurera sur le chemin du jihad jusqu’au jour de la résurrection".

Les envieux ont convoité la Palestine à maintes reprises et ont fondu sur elle avec leurs armées pour combler leur envie. Les hordes de Croisés sont venues porter leur profession de foi et brandir leur croix, parvenant à défaire les musulmans pendant un temps ; les musulmans n’ont réussi à la récupérer qu’à l’instant où ils se sont rangés à l’ombre de leur étendard religieux, ont rassemblé leur commandement, ont reconnu la grandeur de leur Seigneur et ont engagé le jihad sous les ordres de Salâh al-Dîn al-Ayyûbî pendant presque vingt ans. La reconquête fut alors achevée, les Croisés avaient été défaits et la Palestine était libérée.

"Dis aux incrédules : ’Vous serez vaincus ; vous serez rassemblés dans la Géhenne’ -Quel détestable lit de repos !-" (3,12). Article trente-cinquième : Le Mouvement de la Résistance Islamique considère avec sérieux la défaite des Croisés par la main de Salâh al-Dîn al-Ayyûbî, le recouvrement de la Palestine, la défaite des Tatars à "Ayn Jallût, le bris de leur pouvoir par la main de Qutuz et de Dhâhir Baybars, la préservation du monde arabe face l’invasion tatare destructrice de tout ce que peut signifie civilisation humaine ; il tire leçons et exemples de tout cela. L’invasion sioniste présente a été précédée des invasions croisées de l’Occident et des invasions tatares de l’Orient. De même que les musulmans ont su faire face à ces invasions, planifier leurs réactions et les défaire, de même sont-ils en mesure de faire face à l’invasion sioniste et de la défaire. Cela n’est pas difficile à Dieu si les intentions sont pures, si la détermination est honnête et si les musulmans savent tirer bénéfice des expériences du passé, se libèrent des effets de l’invasion intellectuelle et suivent les traditions de leurs ancêtres.

Traduction de Jean-François Legrain publiée dans Les voix du soulèvement palestinien, 1987-1988. Édition critique des communiqués du Commandement National Unifié et du Mouvement de la Résistance Islamique ; traduction française en collaboration avec Pierre Chenard, Le Caire, Centre d’Études et de Documentation Économique, Juridique et Sociale (CEDEJ), 1991, 736 p.

Voir également sur le site un article sur la charte du Likoud.

Et l’intervention de Taoufiq Tahani, président de l’AFPS lors d’un colloque organisé par la Fondation Gabriel Péri en février 2014 : Palestiniens et Israeliens, deux peuples prêts pour la paix ?


Rechercher

Fil RSS

Pour suivre la vie de ce site, syndiquez ce flux RSS 2.0 (lisible dans n'importe quel lecteur de news au format XML/RSS).

S'inscrire à ce fil S'inscrire à ce fil