lafauteadiderot.net
Aujourd'hui, nous sommes le :
Page d'accueil » Documents » "Promouvoir énergiquement le développement d’une (...)
Réduire la police Agrandir la police
Version imprimable de cet article Version imprimable
"Promouvoir énergiquement le développement d’une civilisation écologique"
Extraits du rapport d’Hu Jintao au 18e Congrès du Parti Communiste Chinois

Le développement d’une civilisation écologique constitue un projet à long terme dont dépendent le bonheur de la population et l’avenir de la nation chinoise . Face à une situation difficile - où les contraintes des ressources naturelles se durcissent, la pollution de l’environnement s’aggrave et l’écosystème se détériore -, nous devons inculquer au peuple entier les notions d’une civilisation écologique préconisant de respecter la nature, de s’adapter à ses exigences et de la préserver. En accordant une attention particulière au développement d’une civilisation écologique, nous ferons en sorte que celui-ci fasse partie intégrante des programmes de l’édification du pays sur les plans économique, politique, culturel et social. Nous nous efforcerons ainsi de construire une Chine magnifique et de réaliser un développement perpétuel de la nation chinoise.

En maintenant la politique fondamentale nationale relative aux économies de ressources et à la protection de l’environnement, et le principe recommandant d’accorder, dans l’application de cette politique, la priorité à la régénération des écosystèmes, nous nous attacherons à promouvoir un développement "vert", de recyclage et à bas carbone. Nous verrons se former alors une configuration de l’espace, une structure industrielle, un mode de production et de vie favorables aux économies de ressources et à la protection de l’environnement, ce qui nous permettra de renverser à la source la tendance à la dégradation des écosystèmes ; c’est ainsi que nous serons en mesure de créer de meilleures conditions de production et de vie à l’ensemble de notre population, et d’apporter une contribution à la préservation de la sécurité écologique planétaire.

1) Optimiser l’aménagement du territoire. Le territoire national étant le cadre du développement de la civilisation écologique, nous devons attacher un grand prix à chaque pouce de terrain. Conformément au principe recommandant d’équilibrer la croissance démographique, les ressources naturelles et l’environnement, ainsi que de coordonner la rentabilité économique, la recherche d’effets sociaux positifs et l’efficience écologique, nous veillerons au contrôle de l’intensité de l’aménagement du territoire et au réajustement de ses structures. Nous travaillerons à ce que le domaine de la production soit à la fois intensif et hautement rentable, que l’habitat soit agréable et adéquat, et que l’on trouve partout dans la nature des paysages pittoresques. C’est ainsi que nous parviendrons à offrir plus de possibilités de rétablir la nature, à réserver pour l’agriculture plus de terres cultivables et à laisser aux générations futures un foyer idéal où régneront un ciel pur, de la verdure et des eaux limpides. Par ailleurs, nous devons accélérer l’application de la stratégie des régions à fonctions spécifiques et encourager ces régions à se développer en se conformant strictement à leurs fonctions, de manière à établir une configuration rationnelle et scientifique en ce qui concerne l’urbanisation, le développement agricole et la sécurité écologique. Nous veillerons aussi, dans le domaine maritime, à élever notre capacité d’exploitation des ressources, à développer l’économie et à protéger l’environnement écologique tout en sauvegardant fermement les droits et intérêts de notre État, tout cela afin d’accroître la puissance nationale en la matière.

2) Promouvoir sur tous les plans les économies de ressources. Les économies de ressources constituent le moyen fondamental pour la protection de l’environnement. Ainsi, nous devons utiliser les ressources de façon à la fois économe et intensive, encourager un changement radical du mode d’utilisation, renforcer la gestion des économies de ressources durant tout le processus en veillant à réduire dans de fortes proportions la consommation de ressources telles que l’énergie, l’eau et la terre, et à élever le rendement et l’efficience de leur utilisation. Tout en donnant une impulsion à la révolution sur le plan de la production et de la consommation d’énergie, nous nous efforcerons de contrôler le volume global de la consommation énergétique, de renforcer les économies d’énergie et d’autres ressources, de soutenir le développement de l’industrie économe d’énergie et à bas carbone ainsi que celui des énergies nouvelles et renouvelables, de manière à assurer la sécurité énergétique de l’État. Afin d’édifier une société à faible consommation d’eau, nous devons renforcer la protection des sources d’eau potable et le contrôle du volume global de la consommation d’eau, et favoriser le recyclage des eaux usées. En outre, il faut préserver les terres arables de base -c’est là une limite à ne pas franchir- et restreindre sévèrement l’usage des terres mises en exploitation. Il faut renforcer la prospection, la protection et l’exploitation rationnelle des ressources minières. Il faut enfin développer l’économie circulaire tout en réduisant la consommation de ressources naturelles et l’accumulation des déchets et en favorisant la réutilisation et le recyclage dans les maillons de la production, de la circulation et de la consommation.

3) Renforcer la préservation des écosystèmes et la protection de l’environnement. Un bon état écologique constitue le fondement même du développement durable de l’homme et de la société. C’est la raison pour laquelle il importe d’appliquer les projets importants de restauration des écosystèmes, d’améliorer notre capacité de production de produits verts, de lutter contre la désertification, l’extension des déserts de pierres et la perte des eaux et du sol, d’augmenter la superficie des forêts, des lacs et des terres humides, et de sauvegarder la biodiversité. En accélérant la construction d’ouvrages hydrauliques, nous veillerons à accroître la capacité de nos villes et campagnes à prévenir les inondations, à lutter contre la sécheresse et à évacuer les eaux stagnantes. En renforçant la mise en place d’un système de prévention et de réduction des calamités naturelles, nous tâcherons d’améliorer nos capacités de prévention des catastrophes climatiques, géologiques et sismiques. Fidèles au principe selon lequel la prévention est primordiale et l’aménagement intégral indispensable, nous chercherons à intensifier la lutte contre la pollution de l’eau, de l’air et du sol en mettant l’accent sur la résolution des problèmes criants et nuisibles à la santé de la population. Suivant le principe de responsabilité commune mais différenciée, d’équité et de contribution selon la capacité respective, nous unirons nos efforts à ceux de la communauté internationale pour répondre activement aux changements climatiques planétaires.

4) Renforcer l’édification institutionnelle pour développer une civilisation écologique. La protection de l’environnement doit recourir à des moyens institutionnels. Il est nécessaire d’incorporer dans le système d’évaluation du développement socioéconomique les indices tels que la consommation de ressources, les dommages causés à l’environnement et l’efficience écologique, et de définir des objectifs à atteindre, des méthodes d’évaluation ainsi que des mécanismes de récompenses et de sanctions qui traduisent les exigences de la civilisation écologique. Nous devrons mettre en place un système d’exploitation et de protection du territoire, perfectionner et appliquer de la façon la plus stricte les mesures concernant la protection des terres arables, la gestion des ressources en eau et la préservation de l’environnement. Il nous faudra, en approfondissant la réforme de la tarification et de l’imposition des produits à base de ressources naturelles, mettre en place un système d’utilisation payante des ressources qui reflète le rapport de l’offre et de la demande, le degré de rareté des ressources utilisées et les valeurs écologiques, et créer un mécanisme de compensation au profit des générations futures sur le plan écologique. Il faudra mener activement des essais sur l’échange de quotas d’économies d’énergie, de droits d’émission de CO2 et de matières polluantes ainsi que de droits d’utilisation de l’eau. Nous nous appliquerons à renforcer la surveillance de l’environnement et à perfectionner le système de recours en responsabilité en matière de protection de l’environnement de même que le système d’indemnisation pour les dommages à l’environnement. Nous devrons promouvoir la sensibilisation de toute la population à la civilisation écologique, de manière à rendre celle-là plus consciente de la nécessité d’économiser l’énergie et d’autres ressources, de protéger l’environnement et de préserver l’équilibre écologique, et à instaurer au sein de la société des mœurs qui incitent à une consommation raisonnable et à la protection de l’environnement.

En veillant à chérir la nature en toute connaissance de cause et à prendre une part plus active à la protection des écosystèmes, nous nous efforcerons de passer à une nouvelle ère de développement d’une civilisation écologique socialiste.


Rechercher

Fil RSS

Pour suivre la vie de ce site, syndiquez ce flux RSS 2.0 (lisible dans n'importe quel lecteur de news au format XML/RSS).

S'inscrire à ce fil S'inscrire à ce fil