lafauteadiderot.net
Aujourd'hui, nous sommes le :
Page d'accueil » Faits et arguments » Ecologie » Les Allemands se préparent à sortir du nucléaire......grâce au
Réduire la police Agrandir la police
Version imprimable de cet article Version imprimable
Les Allemands se préparent à sortir du nucléaire......grâce au charbon.
un texte de l’association Sauvons le climat

Un peu moins du quart de la production d’électricité de la république fédérale d’Allemagne est assuré à l’aide de 17 réacteurs nucléaires ayant fourni 135 TWh en 2007. Ces 17 réacteurs(1) développent une puissance totale de 20 GWe. Le programme de sortie du nucléaire décidé par le gouvernement Schröder et confirmé par le gouvernement actuel devrait s’étaler entre 2008 (arrêt du réacteur Biblis 1) et 2022 (arrêt du réacteur de Neckarwestheim-2). La relève sera fournie par des centrales thermiques à flamme brûlant du charbon. En effet, entre 2009 et 2017 il est prévu de mettre en service 30 centrales à charbon(2) pour une puissance totale de 26,4 GWe et une production annuelle qu’on peut estimer égale à 210 TWh(3).

Une augmentation très importante des émissions de CO2…

Ces centrales conduiront à l’émission de 170 millions de tonnes de CO2(4) soit environ 20% des émissions allemandes actuelles, près de 5% des émissions totales de l’Europe et plus que les émissions totales d’un pays comme la Belgique.

… impossible à compenser par la capture et le stockage du CO2 additionnel émis.

Pour minimiser cette dégradation de l’environnement il faudrait recourir systématiquement à la capture et au stockage du CO2 émis par les nouvelles centrales à charbon. L’Allemagne n’a pas fait ce choix là et l’utilisation de cette technique n’est envisagée pour aucune de ces centrales. Seule Vattenfall s’est engagée dans la construction d’une petite centrale de démonstration de 30 MW en Brandeburg « Swarze Pumpe », mais, en même temps dans celle de centrales « classiques, sans dispositif de stockage » de 820 et 670 MW. Curieusement Greenpeace a réservé ses foudres à cette petite centrale « propre ».(5)

Malgré les grandes déclarations du ministre allemand de l’environnement, M.Sigmar Gabriel, la sortie du nucléaire s’accompagnera obligatoirement d’une forte augmentation des émissions de gaz carbonique, les énergies renouvelables (voir Note ci-dessous) étant radicalement incapables de remplacer les centrales nucléaires ; l’Allemagne est en train d’en faire la démonstration.

La construction de nouvelles éoliennes ne pourrait que diminuer au mieux de 30% ces émissions. En moyenne, sur ces dix dernières années, le facteur de charge du parc éolien allemand, qui est pour l’instant exclusivement on shore, est de 1700-1800 heures par an ; dans l’hypothèse d’un développement amenant la production off shore à près de 40 % le facteur de charge pourrait approcher les 2300 heures, soit de l’ordre de 28% du temps de fonctionnement des centrales thermiques à flamme. Le remplacement de la production thermique par la production éolienne exige la même puissance pour les deux parcs. Ainsi, la réduction maximale des émissions de CO2 qui pourrait être obtenue par les éoliennes serait de 48 millions de tonnes. L’arrêt du nucléaire compensé par le mix charbon-éolienne devrait alors conduire à une augmentation de 14 % des émissions actuelles de CO2 par l’Allemagne. Ajoutons qu’il n’est pas évident que, dans le contexte de dérégulation actuelle, les opérateurs des centrales thermiques acceptent de gaîeté de coeur la réduction de près de 30% de leurs revenus.

(1)Biblis-A, Neckarwestheim-1, Brunsbüttel, Biblis-B, Unterweser, Isar-1, Phillipsburg-1, Grafenrheinfeld, Krummel, Gundremmingen-B, Gundremmingen-C, Gröhnde, Phillipsburg-2, Brokdorf, Isar-2, Emsland,

(2)Neurath, Walsum 10, Boxberg, Datteln, Westfalen(2), Moorburg(2), Luenen, Stade(3), Mannheim 9, Brunsbüttel, Staudinger 6, Antwerpen, Greifswald(2), Karlsruhe 8, Stade, Dörpen, Profen, Ensdorf(2), Krefeld, Niederaussem(2), Emden(2), Heilbronn 8

(3)Sur la base de 8000 heures de fonctionnement par an

(4)Sur la base de 800g de CO2/kWh

(5)Greenpeace considère que cette technologie est trop consommatrice en énergie, coûte trop cher, et réduit l’efficience de la production des centrales à charbon. “The environmental organization Greenpeace, considers the technology too energy-intensive and expensive. It also reduces the efficiency of the electricity production from brown coal in such plants, Greenpeace says.” http://www.bruessel.diplo.de/


Rechercher

Fil RSS

Pour suivre la vie de ce site, syndiquez ce flux RSS 2.0 (lisible dans n'importe quel lecteur de news au format XML/RSS).

S'inscrire à ce fil S'inscrire à ce fil