lafauteadiderot.net
Aujourd'hui, nous sommes le :
Page d'accueil » Faits et arguments » Politique » Le grand dilemne des partis socialistes
Réduire la police Agrandir la police
Version imprimable de cet article Version imprimable
Le grand dilemne des partis socialistes
Oskar Lafontaine

Intervention au meeting du Parti de Gauche le 29 novembre 2008

C’est avec plaisir que je suis venu à Paris pour vous adresser la parole, alors que vous vous apprêtez à reconstruire en France un nouveau parti de gauche qui méritera vraiment ce nom. En Allemagne, nous venons de faire ce pas avec succès. Et c’est fort de cette expérience que je suis venu ici pour vous encourager à prendre le même chemin. Je sais bien que la constellation des partis politiques allemands n’est pas comparable à la situation française. Mais aujourd’hui, les sociétés françaises et allemandes ne diffèrent pas fondamentalement l’une de l’autre. Les problèmes économiques, politiques et sociaux qui se posent pour nos deux pays sont largement identiques. Je ne vois donc pas de raison majeure, pourquoi un nouveau parti de gauche n’aurait pas les mêmes chances de succès en France qu’en Allemagne.

Maintenant, que le parti Die LINKE existe depuis un an et demi, les sondages sérieux lui donnent 12 à 13 % au niveau national. Je dois vous avouer que je suis surpris moi-même de ce succès. Car ces chiffres ne mesurent pas la véritable ampleur de notre influence politique. A lui seul, le fait que nous soyons là, le fait qu’il existe en Allemagne un parti avec un profil politique et des revendications sociales nettement de gauche, à lui seul ce fait a changé l’orientation de la politique allemande. Et il n’y a pas que moi qui le dise. Presque tous les journaux allemands, qu’ils soient de droite ou de gauche, qu’ils s’en réjouissent ou le déplorent, sont du même avis. La plupart d’entre eux sont d’accord pour écrire que c’est nous, le parti DIE LINKE, qui sommes le projet politique le plus couronné de succès des dernières décades, que c’est nous qui au fond définissons de plus en plus l’agenda politique en Allemagne, que c’est nous qui poussons les autres partis à réagir. S’ils réagissent, s’ils reprennent à leur compte certaines de nos revendications sociales, c’est par crainte des électeurs. Et si le néolibéralisme, si virulent depuis 1990, est en train de s’effacer en Allemagne, c’est dû en bonne partie à notre présence parlementaire.

Chers camarades, il est évident que la construction d’un nouveau parti de gauche n’aurait pas pu réussir si les conditions extérieures, c’est à dire la situation sociale et politique de l’Allemagne, n’avaient pas été favorables au projet. C’est donc là le premier critère de succès. Alors que tous les partis politiques ouest-allemands si disputaient le « centre et préconisaient une politique économique néolibérale, la majorité de la population allemande déplorait le manque d’équilibre social résultant de cette politique. Le vide sur la gauche du spectre politique ne demandait qu’à être rempli. Car rien n’est plus efficace qu’une idée qui trouve son époque.

Le deuxième critère de succès est sans doute l’union des forces et des organisations politiques qui se définissent par une position critique à l’égard du capitalisme.

Le troisième critère - qui est peut-être le plus facile à réaliser, puisqu’il ne dépend que de nous seuls, mais ce n’est pas le moins important - c’est de donner au nouveau parti un profil clair, nettement discernable par rapport à l’uniformité des autres. Je ne manquerais pas de préciser ce troisième point par la suite, mais je voudrais l’aborder par un aperçu historique. Il est utile parfois de reculer d’un pas pour avoir une meilleure vue d’ensemble. Au début de ma carrière politique, il y a une quarantaine d’années, les positions des partis de gauche en Europe étaient encore relativement claires, leurs missions bien définies. Il n’y avait pas encore cette uniformité centriste que les grands partis affichent de nos jours. Même en Allemagne, ou le parti social-démocrate, à Bad-Godesberg, avait décidé de s’arranger avec le capitalisme, gauche et droite restaient discernables pour les électeurs. Le SPD s’était détaché du marxisme, certes, mais avait conservé tout de même l’idée de réformer le capitalisme, de chercher la fameuse « troisième voie » entre communisme et capitalisme. Malheureusement, cet idéal réformateur a été enterré sous les débris du mur de Berlin. En France, les positions des partis de gauche étaient plus nettes encore - non pas seulement du côté communiste, mais aussi du côté socialiste. Par son soutien à la guerre coloniale en Algérie, la SFIO avait perdu à la fin des années 60 toute légitimité comme parti de gauche. En 1971, au congrès d’Epinay, un nouveau parti socialiste se forme sous la direction de François Mitterrand. Le programme de ce nouveau parti socialiste français diffère considérablement de celui que les sociaux-démocrates allemands s’étaient donnés une bonne décade auparavant : il est anticapitaliste, il est critique à l’égard de l’OTAN et il est favorable aux alliances avec le parti communiste - tout ce que le programme du SPD n’est pas. C’était donc Epinay contre Godesberg au sein de l’Internationale Socialiste. Je suis allemand, mais je ne vous cache pas, que mes sympathies étaient du côté d’Epinay. Je partage donc, chers camarades, vos déceptions. Car malgré ce programme théoriquement anticapitaliste, la politique pratique du gouvernement Mitterrand ne fut guère plus anticapitaliste que celle du gouvernement social-démocrate en Allemagne. Que ce soit en Angleterre, en Allemagne, en Espagne, en France ou ailleurs, l’écart entre la théorie et la pratique politique est symptomatique pour l’histoire du socialisme ouest-européen. Presque toujours et presque partout, les dirigeants des partis socialistes ont lâché comme un lest leurs principes - souvent contre la volonté de la masse des militants - pour un portefeuille de gouvernement.

Et c’est bien là le grand dilemme des partis socialistes : c’est de formuler, pour ainsi dire, les principes d’opposition à Epinay et les principes de gouvernement à Godesberg. L’histoire des partis socialistes ouest-européens au pouvoir est une longue énumération de compromis pourris. Chers camarades, il faut sortir du dilemme et rompre avec cette tradition fatale de compromis pourris ! Pour un parti de gauche, les principes de gouvernement doivent toujours être les mêmes que les principes d’opposition. Sinon, il disparaîtra plus vite qu’il n’est venu. Regardez vers l’Italie, regardez vers l’Espagne. La leçon, que la gauche peut tirer des dernières élections dans ces deux pays ne peut pas être plus claire : la lzquierda Unida marginalisée, la Rifondazione Comunista éliminée. Ces deux partis ont dû payer si cher leur participation au gouvernement parce qu’elle reposait sur des compromis pourris. C’est une absurdité, en effet, de quitter un parti à cause de sa ligne politique, de construire un nouveau parti, de former ensuite une coalition gouvernementale avec le parti qu’on vient de quitter sur la base de la politique même, pour laquelle on l’a quitté. Les électeurs n’apprécient guère ce genre de blagues - et ils n’ont pas tort. Chers amis, si la gauche perd sa crédibilité, elle perd sa raison d’être. C’est pour cela que mon parti - DIE LINKE - a pris des mesures pour entraver cette tendance fatale des dirigeants au compromis politique dont j’ai parlé. Les décisions sur les grands principes de notre programme doivent être prises par l’ensemble des militants du parti et non seulement par une assemblée de délégués.

En outre, nous n’acceptons pas les dons qui dépassent une certaine somme, une somme relativement basse. Et croyez-moi, ce n’est pas l’attitude du renard qui voit que les raisins sont hors de sa portée qui est à l’origine de cette restriction. C’est tout simplement que nous ne voulons pas être corrompus. La corruption politique est un fléau de notre époque. Et ce qu’on appelle don n’est souvent qu’une façon légale de corrompre. La victoire électorale de Barack Obama est une bonne nouvelle, tant la politique du président Bush et de son parti était insupportable. Mais vu les sommes énormes que le capital américain a investi dans la campagne électorale du nouveau président, je reste très sceptique quant à son futur élan de réformateur. Le capital ne donne jamais sans prendre. Venons en donc au profil programmatique qu’un parti de gauche doit avoir à mon avis. J’ai dit tout à l’heure que mes sympathies, il y a presque quarante ans, avaient été du côté d’Epinay et non de Godesberg. Eh bien, elles le sont toujours. Elles le sont peut-être plus que jamais. L’esprit anticapitaliste qui a animé la gauche française dans les années 70 s’impose toujours. Certes, une opinion publique manipulée au service du capital nous suggère à travers tous les médias que la mondialisation aurait complètement changé les choses, que l’anticapitalisme serait dépassé par l’histoire. Mais si on analyse le processus économique et social qui se déroule sous nos yeux sans parti pris, on se rend compte que la mondialisation n’a pas dissipé, mais aggravé les problèmes sociaux et les turbulences économiques causés par le capitalisme. Si vous comparez les écrits de Karl Marx au sujet de la concentration du capital, de l’impérialisme ou de l’internationalisation du capital financier avec les sottises néolibérales propagées de nos jours, vous constaterez que cet auteur du 19e siècle est bien plus actuel et clairvoyant que les idéologues du néolibéralisme à la mode.

Chers amis, plus que jamais l’anticapitalisme est de mise, car l’impérialisme, au début du 21ième siècle, est toujours réel. Et l’OTAN est instrumentalisée à son service. Jadis conçue comme alliance de défense, l’OTAN est devenue de nos jours une alliance d’intervention sous la direction des Etats-Unis. Mais la gauche ne peut pas préconiser une politique étrangère ayant pour but la conquête militaire des ressources et des marchés. Nous n’acceptons pas l’impérialisme belligérant de l’OTAN, qui intervient partout dans le monde en enfreignant le droit international. Nous sommes pour un système de sécurité collectif où les partenaires se soutiennent réciproquement lorsqu’ils sont attaqués, mais s’abstiennent de toute violence qui ne soit pas conforme au droit international. En Allemagne, la question d’une intervention militaire - que ce fut au Kosovo ou que ce soit en Afghanistan - est une ligne de démarcation nette entre mon parti - die LINKE - et tous les autres partis, y compris le parti social-démocrate. Nous sommes intransigeants à ce sujet et notre participation à un gouvernement favorable aux interventions militaires de l’OTAN est inconcevable. La question de guerre ou de paix a d’ailleurs été de tout temps une raison de schisme au sein du socialisme allemand. Déjà en 1916 - sous l’impulsion de Rosa Luxemburg et de Karl Liebknecht – la guerre a divisé la social-démocratie allemande en deux partis. Et il n’y a pas qu’en Allemagne que la gauche a vu clair. Je vous rappelle les paroles de Jean Jaurès, que « le capitalisme porte en lui la guerre comme la nuée porte l’orage ». Camarades, si nous voulons un monde où règne la paix, il nous faut civiliser le capitalisme.

Contre l’idéologie de privatisation prêchée par les porte-parole du néolibéralisme, nous sauvegardons l’idée d’une économie publique sous contrôle démocratique. Nous préconisons une économie mixte où les entreprises privées, de loin la majorité, côtoient les entreprises nationalisées. Surtout les entreprises qui relèvent des besoins fondamentaux pour l’existence de la société - le secteur de l’énergie par exemple ou même le secteur bancaire dans la mesure où il est indispensable pour le fonctionnement de toute l’économie - doivent être nationalisées.

Nous remettons à l’ordre du jour la question de l’autogestion ouvrière et de la participation des employés au capital de leur entreprise qui semble de nos jours oubliée.

Nous luttons contre une politique de démontage social qui donne priorité aux intérêts des investisseurs et qui se moque de l’injustice sociale croissante, de la pauvreté de beaucoup d’enfants, des bas salaires, du licenciement dans les services publics, de la destruction de l’éco-système. Nous luttons contre une politique qui sacrifie au rendement du capital financier ce qu’il reste d’une opinion publique délibérative. Nous n’acceptons pas la privatisation des systèmes de prévoyance sociale, ni la privatisation des services de transport public. Nous n’acceptons pas non plus la privatisation du secteur de l’énergie et encore moins la privatisation du secteur public de l’éducation ou de la culture. Notre politique fiscale veut redonner à l’état les moyens de remplir ses fonctions classiques. Aujourd’hui, les forces motrices du capitalisme ne sont plus les entrepreneurs, mais les investisseurs financiers. C’est le capital financier qui gouverne le monde et qui instaure globalement une économie de casino de jeux. La crise des marchés financiers était donc prévisible, attendue par les experts. Pourtant les gouvernements n’ont rien fait pour empêcher cette crise. Aux Etats-Unis et en Grande-Bretagne, les élites politiques ont jugé utile la spéculation effrénée. Et le continent européen s’est incliné devant ce jugement. Même pendant les phases, où la majorité des gouvernements européens était formée par des partis affiliés à l’Internationale Socialiste, aucune mesure n’a été prise. La perte de la dimension critique à l’égard du capitalisme a fait échouer lamentablement la politique opportuniste des partis socialistes et sociaux-démocrates sur toute la ligne. S’il fallait une preuve de cet échec, la crise actuelle des marchés financiers nous la livre. Et s’il fallait une preuve, que nous, la gauche critique, ne sommes pas régressifs, que nous ne puisons pas dans le passé les remèdes contre les maux d’aujourd’hui, comme nous le reprochent constamment les libéraux et les conservateurs, s’il fallait une preuve, eh bien cette crise nous la livre aussi. Depuis le début des années 90 et la mondialisation qui s’en suit, la gauche, y compris moi-même, ne cesse de réclamer la réglementation des marchés financiers internationaux. Mais l’opinion publique néolibérale s’est moquée de nos opinions soi-disant régressives. Que la logique de la mondialisation n’était pas compatible avec une réglementation, nous a-t-on dit ; qu’il ne fallait surtout pas entraver le libre-échange et le libre flux transnational des capitaux, nous a-t-on prêché ; que toute réglementation était une solution surannée, régressive. Et maintenant, que font les néolibéraux en Amérique du Nord et en Angleterre, que font les conservateurs en Allemagne et en France ? Eh bien - ils prétendent réglementer. Ceux qui nous ont accusés de régression politique quand nous demandions la nationalisation de certains secteurs bancaires afin d’éviter la crise, que font-ils maintenant ? Eh bien - ils font semblant de nationaliser les banques au nom de l’avenir.

Maintenant, on socialise les pertes et on fait payer les groupes les plus vulnérables de la société pour la défaillance du système. Maintenant, on organise de pompeux sommets internationaux pour réglementer les marchés financiers. Mais nous n’en sommes pas dupes : les éléphants vont accoucher d’une souris. Vont-ils fermer le casino ? N’y pensez pas ! Vont-ils seulement changer radicalement les règles de jeu à l’intérieur du casino ? Mais non ! Ce qu’ils vont faire, c’est d’élaborer avec grand fracas verbal un nouveau code de comportement pour les croupiers. Rien ne va vraiment changer.

Si vous voulez des changements, camarades, il faut reconstruire la gauche - en Allemagne, en France, partout en Europe. L’expérience allemande nous montre qu’une gauche européenne réorganisée et forte peut faire bouger les choses en forçant les autres partis à réagir. Construisons ensemble cette nouvelle gauche, une gauche qui se refuse aux compromis pourris ! Pour souligner une dernière fois l’importance de cette maxime, je termine avec une image empruntée au poète russe Maïakovski : « Chantons ensemble notre chanson, mais évitons de lui marcher sur la gorge. »


Rechercher

Fil RSS

Pour suivre la vie de ce site, syndiquez ce flux RSS 2.0 (lisible dans n'importe quel lecteur de news au format XML/RSS).

S'inscrire à ce fil S'inscrire à ce fil