lafauteadiderot.net
Aujourd'hui, nous sommes le :
Page d'accueil » Faits et arguments » Politique » Le dos au mur. A propos du PCF.
Réduire la police Agrandir la police
Version imprimable de cet article Version imprimable
Le dos au mur. A propos du PCF.
Par Robert Charvin et André Tosel

Deux universitaires prennent aujourd’hui la plume ensemble « à propos du PCF »…

Robert Charvin, juriste de droit international, chroniqueur à l’hebdomadaire Le Patriote-Côte d’Azur est toujours membre du PCF. André Tosel, philosophe gramscien, s’en est éloigné en 1988, ou plutôt serait-ce l’inverse ?

« Le dos au mur » : le temps n’est plus à alerter, dénoncer ou défendre une stratégie. Les deux universitaires, dont l’un avait brisé un tabou en pleine période d’orthodoxie en parlant de communistes « indépendants », ont décidé de diffuser cet opuscule pour lancer un appel à un parti, à ses militants dont ils ont partagé les chemins, pavés de bonne intentions et de justes combats, mais menant le plus souvent vers les pires déconvenues. Ils l’ont fait, toujours à découvert. A défricher en intellectuels marxistes, à en découdre avec l’idéologie dominante, regrettant parfois que la pensée hégémonique n’était pas seulement capitaliste et bourgeoise...

A ce point, cette réflexion parait ultime interpellation à cette force militante tant ils craignent aujourd’hui l’inertie et le statu quo d’un débat collectif qui ne remet rien en question, ni la matrice, ni les pratiques ayant amené aux échecs.

Les deux chercheurs mettent aujourd’hui toute leur fougue intellectuelle jamais démentie et leurs longs parcours théoriques et militants respectifs au service de cet appel. Presque « un cri » - tel celui que Jean Ferrat avait lancé - en faveur d’une « auto-correction » qui n’exclut personne et se veut au contraire fédératrice des forces qui cherchent à revitaliser le communisme.

Un autre communisme, nécessaire analyse critique du capitalisme, une déconstruction-construction à entreprendre ensemble dans la pluralité et « la coexistence des libertés », selon la formule de Robespierre.

Avec ou sans carte, toujours prêt à débattre en « communistes indépendants », Robert Charvin et André Tosel n’ont jamais renoncé, ils en appellent aujourd’hui à jeter les bases d’une nouvelle analyse marxiste, sans paresse intellectuelle. Le PCF va-t-il tenir compte d’une telle ambition en tournant le dos au mur ?

Pierre Chaillan

Pour se procurer "Le dos au mur. A propos du PCF" de Robert Charvin et André Tosel, joindre Robert Charvin au 06.81.78.31.57


Rechercher

Fil RSS

Pour suivre la vie de ce site, syndiquez ce flux RSS 2.0 (lisible dans n'importe quel lecteur de news au format XML/RSS).

S'inscrire à ce fil S'inscrire à ce fil