lafauteadiderot.net
Aujourd'hui, nous sommes le :
Page d'accueil » Faits et arguments » Politique culturelle, langue(s) » Langue et politique : "L’invention de Nithard", de (...)
Version imprimable de cet article Version imprimable
Langue et politique : "L’invention de Nithard", de Bernard Cerquiglini
La critique d’Eric Le Lann

Dans sa chronique « Histoire des fils de Louis le Pieux », Nithard rapporte que les Serments de Strasbourg scellèrent en 842 l’alliance entre Charles et Louis, tous deux petits-fils de Charlemagne. Selon cette chronique qui en retranscrit le texte, ils furent prononcés en langue romane et en langue francique. C’est la première utilisation écrite connue de la langue romane, qui s’était distinguée progressivement du latin.

En 1991, dans La naissance du français, Bernard Cerquiglini écrivait à propos de ces serments : ils « donnent à lire le lien fort de la langue et de la politique » et « montrent le rôle de l’écrit et de ses professionnels dans la constitution de la langue nationale ». Renée Balibar, rappelle Cerquiglini, défendait la même thèse dans L’institution du français, essai sur le colinguisme, des carolingiens à la République paru en 1985.

Dans L’invention de Nithard, en explorant autant que faire se peut la vie et la personnalité de Nithard, Bernard Cerquiglini revient sur les conceptions qu’il avait défendues alors et les passe au crible des progrès de la recherche historique effectués depuis.

Mais tout d’abord, il en rappelle le contexte. « Linguistes, nous étions frappés par le rôle des langues dans l’affaire de Strasbourg : elles instituaient des espaces politiques grâce à un dispositif ingénieux (serments croisés)… » et de citer également Pierre Lepape qui n’hésitait pas à « grossir le trait » : « la langue française est née le même jour que la France par une même décision politique liant l’une à l’autre ». Le contexte politique faisait craindre « l’officialisation de la langue anglaise », avec une pression bruxelloise en ce sens. Il fallait réagir : « en débarrassant la politique linguistique française de son vieux rivarolisme essentialiste et arrogant ; en 1990 le conseil supérieur de la langue française publiait un rapport sur le plurilinguisme… » ; « c’était pour les linguistes l’occasion de rappeler la réalité et les vertus de la variété linguistique ». « Les Serments de Strasbourg venaient à point nommés ».

Dans le quart de siècle qui suivit « l’historiographie carolingienne, renouvelant ses perspectives, a fortement nuancé de telles affirmations… si la question des langues joue un rôle décisif dans l’accord de Strasbourg et dans le récit de Nithard, elle n’a rien à voir avec la genèse d’une nation ». D’ailleurs, le mépris de Nithard pour les serfs dont fait état le livre de Cerquiglini montre bien qu’il ne s’agit pas de cela.

De quoi s’agit-il alors ? « A la suite de Fontenoy, bataille fratricide qui n’opposa pas des ébauches de nation mais des réseaux familiaux, la rencontre de Strasbourg scelle l’alliance de roi-patrons, la pacification de chaines de fidélités », « même en 870, le partage fut plus vassalique que linguistique ». « Strasbourg n’est pas l’ébauche d’un partage mais la formalisation d’une alliance ». Et plus précisément, « à Strasbourg on ne se préoccupe pas de diviser l’empire mais d’établir un régime efficace de confraternité pacifique ». Pour Cerquiglini, Nithard n’est pas seulement le rapporteur de cette tentative, il en est l’artisan. Interviendra ensuite le traité de Verdun : « ce traité où l’on lit depuis Michelet l’acte de naissance de la France se contentait en fait de figer momentanément des alliances ».

A la lecture de ce livre qui se veut autocritique, on est frappé par l’honnêteté et la rigueur intellectuelle de Bernard Cerquiglini. Et l’on que se dit s’il avait sans doute surestimé en 1991 le rôle des Serments de Strasbourg dans « la constitution de la langue nationale », la mise en évidence du « lien fort de la langue et de la politique » garde toute sa valeur.


Rechercher

Fil RSS

Pour suivre la vie de ce site, syndiquez ce flux RSS 2.0 (lisible dans n'importe quel lecteur de news au format XML/RSS).

S'inscrire à ce fil S'inscrire à ce fil