lafauteadiderot.net
Aujourd'hui, nous sommes le :
Page d'accueil » Arts et littérature » Poésie » L’Art de l’ivresse
Réduire la police Agrandir la police
Version imprimable de cet article Version imprimable
L’Art de l’ivresse
Rémi Boyer a lu ce recueil de poèmes chinois

Dans la tradition poétique chinoise, le vin contribue à la présence en l’instant présent et à la saisie de la fluidité du vivant. Il permet une décontraction de la conscience qui, ainsi libérée, peut saisir la subtilité du jeu de la vie. La poésie chinoise est indissociable de l’art de la calligraphie qui exprime la relation entre vide et plein, entre non-dualité et dualité.

 L’ouvrage commence par un hommage à Liu Ling (3e siècle) membre d’une « joyeuse compagnie de lettrés excentriques d’inspiration taoïste », « les Sept Sages de la Forêt de bambous ». Dans cette lignée de poètes de l’ivresse, s’inscrivent Tao Yuan-ming (365-427), le maître des Cinq Saules ou le célèbre immortel banni Li Po (701-761).

Voici quelques extraits de ce recueil précieux et rafraichissant qui dissout les conditionnements dans l’ivresse pour révéler la beauté de ce qui se présente.

Extrait de Devant le vin de Li Po :

...
Pin rouge s’est retiré sur la Fleur d’or
An-ki est retourné sur la mer Peng
ces gens-là obtinrent l’immortalité en des temps antiques
ils devinrent immortels soit, mais où sont-ils aujourd’hui ?
cette vie flottante est rapide comme l’éclair
en un clin d’œil les couleurs se transforment
si ciel et terre sont immuables,
comme nos visages changent !
si devant le vin vous refusez de boire,
à retenir ainsi votre sentiment, qu’attendez-vous donc ?

Levant ma coupe de Han Yu (768-824) :

désabusés ceux qui courent après le renom
qui dispose d’une journée de libre ?
depuis quelques temps, sans compère,
je lève ma coupe face à la montagne du sud

Me réveillant de Liu Chia (824- ?) :

ivre je m’allonge au milieu des herbes parfumées
quand de l’ivresse je me réveille le soleil s’est couché
pichets et coupes sont à moitié renversés
les invités ont dû partir depuis longtemps déjà
je ne me rappelle pas avoir cueilli des fleurs
comment se fait-il qu’il y ait une fleur dans ma main ?

Banalité et immortalité sont inséparables. Les poèmes des « immortels du vin » rendent compte d’un lâcher-prise salutaire pour l’esprit enfin libéré des entraves d’un moi trop pesant. Il existe ainsi une sagesse du vin qui est une sagesse tout court.

Et ce sage conseil d’Hervé Collet et Cheng Wing Fun, à suivre sans réserve :

 « Pour un usage poétique de ce recueil, à consulter sans modération, le lecteur est naturellement convié, si ce n’est déjà fait, à se munir de « la chose dans la coupe ». A quoi bon, en effet parler de cela à quelqu’un qui est sobre ? »

Nous savons en effet que sur les voies d’immortalité, la question posée est toujours celle du vase et de ce qu’il contient.

Inscrit sur le kiosque montagnard de l’ermite Ch’ui de Chian Chi (710-780) :

un sentier dans les pivoines, la mousse est rouge vif
une fenêtre en montagne, emplie de bleu d’émeraude
je t’envie, ivre au milieu des fleurs,
papillon voltigeant dans le rêve

L’art de l’ivresse. Poèmes chinois traduits et présentés Hervé Collet et Cheng Wing Fun, collection Spiritualités vivantes, Editions Albin Michel.   Editions Albin Michel, 22 rue Huyghens, 75014 Paris, France.
www.albin-michel.fr


Rechercher

Fil RSS

Pour suivre la vie de ce site, syndiquez ce flux RSS 2.0 (lisible dans n'importe quel lecteur de news au format XML/RSS).

S'inscrire à ce fil S'inscrire à ce fil