lafauteadiderot.net
Aujourd'hui, nous sommes le :
Page d'accueil » Faits et arguments » Ecole » Ces enfants empêchés de penser, un nouveau livre de Serge (...)
Réduire la police Agrandir la police
Version imprimable de cet article Version imprimable
Ces enfants empêchés de penser, un nouveau livre de Serge Boimare
Par Remi Boyer

La parution du nouveau livre de Serge Boimare aux Editions Dunod, Ces enfants empêchés de penser est l’occasion de se poser quelques questions qui fâchent à propos de ce volant persistant de 15% d’élèves en grandes difficultés dans nos établissements scolaires.

Un certain nombre d’enfants n’arrivent pas à entrer dans les apprentissages. Leur histoire, douloureuse dans presque tous les cas, est à l’origine d’un rapport au savoir structuré autour de la peur. Le savoir est dangereux. Apprendre est dangereux. Afin de se protéger, ces enfants, intelligents, ont mis en place des mécanismes qui figent les processus de pensée. Ils inquiètent parents, enseignants et thérapeutes qui souvent ne savent pas comment accompagner ces enfants de l’intranquillité à la quiétude.

Serge Boimare est directeur pédagogique du Centre Claude Bernard de Paris, auteur de L’enfant et la peur d’apprendre. Il est spécialiste de la remédiation à l’échec scolaire des enfants et adolescents. Il a su apporter des réponses à la fois pratiques et théoriques. Il fait aujourd’hui partie des personnalités compétentes dont les postes sont menacés par la politique de Xavier Darcos.

Son propos est bien sûr à contre-courant d’une éducation construite sur des critères de rentabilité. Il place avec une grande exigence l’enfant au centre de sa recherche, un enfant pleinement sujet, accepté dans sa totalité et sa complexité, avec son histoire et ses difficultés.

Il nous invite à imaginer une autre école, d’autres pédagogies, basées sur l’invitation à penser, l’exploration par l’enfant de son monde interne, son enrichissement, sa reconstruction si nécessaire. Il propose de s’appuyer sur la culture et le langage :

« La culture, dans son approche des grandes questions fondamentales, mais aussi le langage, dans son rôle de structuration de la pensée, nous donnent deux points d’appui faciles à manier dans une classe. Ce sont deux incontournables pour mettre en place et tenir cet objectif de relance de la pensée.

Culture et langage sont faciles à utiliser car ils sont au cœur même de la démarche d’apprentissage. Ils sont toujours mobilisables, quels que soient l’âge et le niveau des élèves, même en sciences et en mathématiques.

Culture et langage sont incontournables, car l’ambition d’enrichir le monde interne et de l’entraîner à fonctionner doit reposer sur des supports garantissant la finalité du travail pédagogique : transmettre le savoir. »

Il propose de renouer avec quatre principes fondamentaux :
-Intéresser… pour renouer avec la curiosité primaire.
-Nourrir (aider les enfants, étayer)… pour raccrocher son histoire à celle des autres.
-Faire parler tous les jours… pour aider la pensée à se structurer.
-Relier le savoir aux questions fondamentales… pour affronter les contraintes de l’apprentissage.

Serge Boimare propose un certain nombre de pistes pertinentes comme, entre autres, la coréflexion des professionnels, la discussion philosophique avec les enfants dont on connaît l’efficacité, l’étude de textes fondateurs porteurs d’une cosmogonie.

Il insiste ainsi sur l’effet réparateur de l’approche avec des enfants et adolescents résistants à l’apprentissage de la lecture de « récits issus des textes fondateurs de nos civilisations et de nos religions, abordant de façon métaphorique des histoires où sont évoqués, le chaos, l’inceste, le parricide ». De tels textes aident les enfants ou adolescents en grande difficulté à construire des représentations et à élaborer autour de leurs peurs et de leurs histoires.

Ce livre n’est pas réservé aux professionnels, enseignants, psychopédagogues, thérapeutes et autres, mais concernent tout un chacun. Serge Boimare clame haut et fort que « le changement de l’école sera culturel ou ne sera pas » et que « nous ne réduirons pas l’échec scolaire sans traiter l’empêchement de penser ».


Rechercher

Fil RSS

Pour suivre la vie de ce site, syndiquez ce flux RSS 2.0 (lisible dans n'importe quel lecteur de news au format XML/RSS).

S'inscrire à ce fil S'inscrire à ce fil