lafauteadiderot.net
Aujourd'hui, nous sommes le :
Page d'accueil » Faits et arguments » Société » Aimer Dieu et son pays
Réduire la police Agrandir la police
Version imprimable de cet article Version imprimable
Aimer Dieu et son pays
Allah est grand, la République aussi, de Lydia Guirous. La critique de Monique Hébrard

Lydia Guirous est arrivée de sa Kabylie natale à l’âge de 6ans. Elle en a 29, est diplômée de l’ESCP et est mariée. Sa foi musulmane est pour elle une affaire intime au sein de la laïcité. Son histoire est celle d’une intégration réussie en France, dont les ingrédients sont les études à la force du poignet (sans se laisser intimider par les conseillers qui veulent vous "orienter" sous prétexte que vous êtes immigrée) et le rejet de cette "double culture" qui rend difficile l’intégration et favorise l’instabilité identitaire. L’auteure évoque avec enchantement sa Kabylie et chérit la culture de cette région, mais elle l’intègre à la culture française pour en faire sa propre culture unifiée, "avec mes valeurs, mes références, mes principes, mes devoirs de mémoire".

Mais Lydia Guirous livre un autre précieux témoignage : celui d’une jeune fille qui, parce qu’elle s’intègre, connait le harcèlement réservé à celles qui ne se plient pas aux règles imposées par la "communauté" : vêtement, virginité, soumission… par des garçons immature, frustrés sexuellement et sans confiance en eux, une "génération handicapé de l’altérité". Témoignage aussi de la lente infiltration des islamistes, au fil des ans : d’abord présents aux côtés des plus démunis, ils les ont séduits avec douceur, puis ils ont "prêché la haine de l’autre, de la femme et de la France". L’auteure a vu aussi sa ville de Roubaix devenir, en quelques années, "une sorte de bled dans le Nord de la France", avec une mosquée devenue un lieu hostile pour les musulmans eux-mêmes, parce que lieu de haine, de trafics douteux et de recrutement au djihad.

Lydia Guirous dénonce aussi les lâchetés de la République, qui abdique face à la montée du communautarisme et le favorise parfois par opportunisme. Elle dénonce enfin les profs et les parents qui "décrochent" et ne savent même pas transmettre la plus simple politesse. Un témoignage précieux, appuyé sur un vécu de l’intérieur, illustré par de nombreuses anecdotes, et de plus dans une écriture d’une belle élégance.

Allah est grand, la République aussi, Lydia Guirous, J.-C. Lattès, 250p., 17 €

Article paru dans Témoignage Chrétien


Rechercher

Fil RSS

Pour suivre la vie de ce site, syndiquez ce flux RSS 2.0 (lisible dans n'importe quel lecteur de news au format XML/RSS).

S'inscrire à ce fil S'inscrire à ce fil